Développer sa liberté émotionnelle

On septembre 4, 2013 by Fabien et Maitie

liberté émotionnelle - parachutismeNous ne sommes pas nos émotions et pourtant elles prennent souvent beaucoup de place dans notre vie à moins que l’on en soit coupé. Nous vous proposons un moyen simple et efficace pour ne plus vous laisser embarquer par elles afin de rester serein même dans le chaos tant à titre personnel qu’au niveau de votre couple.

 

Anecdote

Elodie gardait une vieille rancune tenace fasse à son ex-conjoint, même s’ils étaient séparés depuis bientôt deux ans. Quand elle repensait à lui, la colère l’envahissait, toutes ses blessures s’ouvraient et coulaient à flot. Elle n’arrivait pas à passer à autre chose ni à ouvrir une autre relation. Jusqu’au jour où elle découvrit comment lâcher son émotion. Une séance suffit : «  c’est impressionnant, rapporte-t-elle, j’ai vraiment eu l’impression de m’ouvrir à cette colère, d’accueillir qu’elle soit en moi avec toutes mes blessures. Comme par magie, j’ai eu l’impression qu’elle se détachait de moi comme si je la tenais dans mon poing fermé et que j’avais simplement ouvert la main pour la laisser tomber. Je ne m’en étais pas débarrassée… je n’en avais simplement plus besoin. Une page était tournée. »

 

Lâcher ses émotions, une clé pour développer sa liberté émotionnelle

Nous avons souvent peur de nos émotions car nous nous laissons submerger.

Liberté émotionnelle-Zidane-colèreLe mot e-motion signifie mettre en mouvement. Une émotion est un signal qui produit une réaction à une situation en lien avec l’interprétation que nous lui donnons. Elle a d’abord une manifestation interne et génère une réaction extérieure que nous libérons ou réprimons. On peut la comparer à une messagère qui nous apporte une information sur nos processus de fonctionnement en lien avec nos mémoires passées et notre représentation de l’avenir.

Chaque émotion est porteuse d’une plus ou moins grande quantité d’énergie qui lui est spécifique (comme vous pouvez le ressentir, la colère contient plus d’énergie que l’apathie par exemple).

 

Nous ne sommes pas nos émotions 

Même si nous avons l’impression qu’elles habitent nos profondeurs, elles ne sont qu’en surface: elles sont comme collées à la vitre par laquelle nous regardons le monde ; donc si nous regardons le monde au travers d’une émotion (la peur par exemple), il nous apparaît teinté de cette émotion. Et si nous ne regardons que par cette émotion, nous avons l’impression qu’elle prend toute la place ; ce qui va déclencher nos mécanismes de défense liés à la survie (comme les jeux psychologiques) alors qu’en nous décollant de la vitre, nous nous détachons de l’émotion et réalisons qu’il y a d’autres choses autour. 

 

Nos émotions nous manipulent

Lorsqu’on y reste attaché, elle alimente ce dont elle nous dit qu’elle nous protège. Dans le cas d’Elodie, sa colère, en alimentant ses blessures, la maintient dans un état de victime et lui dit qu’elle doit se méfier des hommes. Donc quand elle rencontre un homme qui lui plaît, sa colère la prévient et ouvre ses blessures. Seule son intuition (par le biais de son corps qui, lui, ne ment pas) pourrait la prévenir d’un réel danger. Mais son émotion l’éloigne de son corps et trompe ses capteurs. Abordant l’homme avec méfiance, il se met sur la défensive : cette défensive risque de la blesser (du style personne ne m’aime, ils ne voient pas qui je suis…).

Donc lorsque je suis mon émotion, elle me fait croire qu’il y a un problème jusqu’à le créer et entraîner parfois qu’il se concrétise donnant raison à l’émotion. Je rentre dans un cercle infernal, dans lequel l’énergie de l’émotion sert à la nourrir et l’amplifier m’enferme de plus en plus. 

 

L’émotion s’exprime dans notre corps d’une manière personnelle à chaque situation et à chaque individu.

La personne a alors le choix entre :

  1. Laisser son mental s’en emparer et partir dans une course effrénée de mémoires passées et projections futures improbables. Cela nourrit l’émotion qui grandit et envahit l’espace amenant son expression soit à l’externe (expression), soit à l’interne (répression). Elle se laisser embarquer par son émotion qui gangrène son environnement extérieur ou intérieur. Si je compare les émotions aux vagues de l’océan, vous vous laisser malmener dans les rouleaux; de plus la respiration devient vite de l’apnée.
  2. Se tourner vers le corps, reconnaître la qualité de l’émotion et spécifier la zone d’impact : c’est où ? c’est comme quoi ? La personne peut alors transformer ses processus en tenant compte du précieux message délivré par l’émotion. Cela revient à lâcher la planche de surf et traverser l’émotion, donc quitter la surface pour se laisser aller dans les profondeurs, qui, même si elles nous effrayent, sont étonnamment plus calmes.
  3. Se décoller de la surface des vagues et planer au dessus en ayant l’impression que cela ne l’atteint pas. C’est une sorte d’anesthésie qui coupe la personne de l’accès à elle-même et au vivant qui l’anime. Elle refoule ou contrôle ses émotions. C’est souvent un processus de survie mit en place dans l’enfance. Les émotions ainsi réprimées si elles ne sont pas libérées s’expriment en maladies.

Liberté émotionnelle- oeufs 

L’intérêt de l’émotion est l’information qu’elle porte et l’énergie qu’elle contient

L’utilisation que nous avons de cette énergie varie suivant notre manière d’accueillir sa messagère :

  • Lorsque nous nous laissons embarquer, l’énergie nous sert à nous débattre, elle nourrit ce qui nous freine.
  • Lorsque nous nous en détachons, nous refusons son énergie et n’y avons pas accès
  • Lorsque nous allons à sa rencontre pour l’accueillir, l’énergie sert à sa transformation et donc à notre évolution.

liberté émotionnelle - oeufNous rencontrons souvent cette incohérence d’une personne épuisée et en même temps habitée d’une colère qu’elle réprime. Refouler l’émotion revient à l’amplifier, elle ronge la personne à l’interne plutôt que de la soutenir dans son quotidien.

D’où le fait de préférer accompagner l’autre à trouver ses solutions plutôt que le prendre en charge.

 

Réussir à lâcher prise grâce à l’outil pratique de Sedona

libert émotionnelle-methode Sedona

 

Nous nous inspirons de la méthode Sedona mise au point par Hale Dwoskin qui est un moyen rapide et efficace de lâcher prise. Apprenez grâce à cet ouvrage à reconnaître et qualifier vos émotions et pour cela vous devez observe quelles émotions vous animent et quelle est leur nature ?

 

 

Hale Dwoskin les classe en grandes familles qui sont l’apathie, la tristesse, la convoitise, la peur, la colère, l’orgueil, le courage, la joie en les classant de celle qui porte le moins d’énergie à celle qui en porte le plus. Repérez la famille à laquelle elle appartient puis, avec le temps vous parviendrez à affiner et à en saisir les nuances.

  • Localisez l’endroit où elle s’exprime dans votre corps comme vous l’avez fait avec le processus F&M: c’est où ?  C’est comme quoi ?
  • Posez-vous ces 3 questions :

          – Est-ce que je peux lâcher cette émotion (imaginez qu’elle soit dans votre main et que vous la laissez tomber)? Répondez par oui ou par non.

– Quelle que soit la réponse précédente : est-ce que je veux lâcher cette émotion ? Répondez par oui ou par non.

– Quelle que soit la réponse précédente : quand est-ce que je veux le faire?  Cela peut être maintenant ou en différé. Dans ce cas exprimez la première date qui passe même si vous ne savez pas pourquoi c’est elle.

 

Observez ce que cela change en vous. Quelle émotion amènent ces réponses ? C’est où dans votre corps ? … Et vous reprenez, en vous posant les 3 questions ci-dessus. Vous pouvez ainsi reboucler le jeu 3 ou 4 fois.

 

Le fait que vous répondiez « oui » ou « non » n’a aucune importance. L’important est que ce soit votre réponse.

A la fin observez ce qui a changé dans votre corps et ce que cela change à la situation de départ qui avait amené l’émotion.

Dans un premier temps, nous vous invitons a faire les deux premiers points le plus possible en temps réel afin de saisir vos émotions et de les reconnaître le plus tôt possible avant que vous ne vous laissiez manipuler. Et, plus tard, à un moment où vous êtes tranquille, vous réévoquez la situation et l’émotion qui s’y rapporte et expérimentez le procédé de lâcher prise.

Lorsque vous serez familiarisé avec le processus vous vous rendrez compte qu’il vous sera très facile de lâcher vos émotions en temps réel.

Nous vous donnerons des clés pour lire leur message le 9 octobre.

Voyons la fable qui suit pour illustrer ces propos.

 

 

Fable du Colonel Chien et du Lion

liberté émotionnelle- Chien grogneColonel Chien, gardien du jardin de ses maîtres

Portait réputation de sa férocité.

On disait alentour que lorsqu’il aboyait

Les voleurs se sauvaient à des lieux à la ronde

Croyant que dans leur ombre un monstre se cachait.

Lorsqu’une feuille bougeait, sa fureur était telle

Qu’il grondait, bondissait, s’époumonant si bien

Qu’il bavait sa colère, des griffes et des crocs

Reprenant de plus belle jusqu’à épuisement.

Un lion, passant par là, l’observait amusé :

« Que diantre déploies-tu une telle énergie

Pour une feuille qui bouge sans un réel danger ! Liberté émotionnelle - lion

D’où vient cette fureur qui t’emporte ainsi

Telle une marionnette tout en te terrassant ?

Et si, quand elle surgit, tu la laissais aller

Gardant précieusement la puissance qu’elle t’apporte

Tu la savoures en toi, observant alentour

Tu jauges le danger et s’il est nécessaire

Un regard, un son et peut-être un geste

Suffiront à tenir au large l’ennemi. »

C’est depuis ce temps-là, que le silence règne

De jour comme de nuit sur toute la contrée

On dit qu’il est un Chien dont la Présence est telle

Que d’un seul regard il remet à sa place

Ceux qui s’aviseraient à manquer de respect

Aux gens de son pays.

 

Moralité

Plus précieux que la forme est bien ce qui l’anime.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *