Portrait de Maïtie

 

MaïtieJe suis Femme et me sens profondément vivante et reliée à l’Univers tant dans l’infiniment Grand que dans l’infiniment Petit.

Je suis en chemin pour mettre au monde la Prêtresse que je suis au fond de moi.

Mon fil conducteur c’est de permettre que le Petit d’Homme soit accueilli sur Terre dans le respect et la dignité par un père et une mère aussi bien qu’un homme et une femme rayonnant leur complétude individuelle aussi bien que l’harmonie de leur couple.

Pour cela, j’ai commencé par m’intéresser à la naissance, à la mise au monde. J’y ai découvert la puissance fabuleuse du Vivant qui est présent dans tout être humain comme une rivière qui coule en lui. Cette rivière n’est jamais obstruée, seuls les chemins d’accès sont plus ou moins barrés. Ces barrages s’expriment sous forme de douleur qui nous permet de retrouver la rivière.

J’ai élargi mon champ d’action en accompagnant les couples dans leur projet d’enfant, avant la conception. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit des couples en difficulté de conception qui franchissent ma porte. Curieusement, plusieurs d’entre eux ont pu accueillir leurs enfants naturellement quels que soient les problèmes médicaux qu’ils rencontraient avant. J’ai découvert que la Vie ne se formalise pas de la matière mais de la justesse dans laquelle chacun se place. C’est lorsque je ne suis pas dans le lit de la rivière que les barrages m’embêtent ; lorsque j’y suis, il n’y a aucun obstacle : je suis moi et j’occupe ma place.

J’ai alors quitté le cadre de la maternité pour me consacrer aux femmes (de l’adolescence à la fin de leur vie), aux hommes et aux couples. Cela a permis que mes deux passions (la danse et l’enfantement) se rejoignent : j’y est puisé les bases du coaching thérapeutique que je propose aujourd’hui. En fait, j’amène chacun à mettre au monde son enfant intérieur.

En suivant le Vivant, je suis arrivée au cycle de la Femme : tout ce que j’expérimentais à alors trouvé son sens car le cycle est au centre de tout puisqu’il est l’expression de la Vie.

Je relève le pari audacieux d’amener le cycle à revenir au centre de la Femme, dans son quotidien comme dans son travail ; ce qui permettrait petit à petit que l’entreprise prenne en compte les cycles de l’univers et de la femme pour potentialiser leur développement ; cela amènerait à ce que la notion de cycle intègre la Société en conscience.

Le cycle exprime la danse du Masculin et du Féminin. Permettre à la Société de s’appuyer sur la notion de cycle pour se construire répond à la quête que l’on appelle à tort aujourd’hui « la quête du Féminin » : tel est mon objectif actuel.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *